En théorie, les agriculteurs bio sont tenus de respecter un cahier des charges européen spécifique. Dans la pratique, c’est un peu plus complexe. Ils doivent s’efforcer chaque jour pour assurer une bonne technique, une vision précise de l’agriculture et atteindre leur objectif. Pour arriver à leur fin, ils expérimentent et innovent collectivement, mais aussi avec l’aide des instituts de recherche pour avoir une agriculture viable, équitable et rentable.

Les progrès permanents dans l’agriculture biologique

Plant sciences in lab. Experiments in a chemistry lab. conducting an experiment in the laboratory with humen hands

Les enjeux de l’agriculture biologique sont de tailles : respecter l’Homme et l’équilibre naturel tout en évitant les solutions chimiques (engrais de synthèse, OGM, etc.). C’est aussi un retour à la source pour les agriculteurs et l’occasion de redécouvrir leurs métiers. Cela nécessite de nouvelles techniques de production ainsi que de nouveaux équipements. Pour envisager une agriculture bio intensive, les agriculteurs peuvent se tourner vers des professionnels comme Medinbio notamment pour orienter les multiples équilibres biologiques et s’affranchir des pesticides chimiques. Son équipe d’agronomes propose une intégration d’alternatives agronomiques et une formulation d’actifs naturels, etc.
Pour développer et réussir son projet d’agriculture bio, il est aussi important pour les agriculteurs, mais également les agronomes d’échanger entre collègues. C’est pour cela que des stations expérimentales d’accompagnement pour connaître les diverses innovations ont été créées.

Parmi ces innovations, il y a diverses techniques. D’abord, il y a le programme de sélection des variétés de semences de blé. Puis, il y a les couverts végétaux et associations de culture. Ensuite, il y a les techniques culturales simplifiées et la gestion du salissement. Mais il y a également les essais de désherbage mécanique et les essais sur le binage des blés, ainsi que des essais de désherbages en maraîchage bio.

Pour développer un vignoble bio, il y a des projets sur les couverts végétaux, l’alternative au cuivre et des essais sur la taille de la vigne pour lutter contre la maladie de bois. On dénote par ailleurs une maîtrise de la qualité des levures indigènes pour avoir une qualité organoleptique du vin.

L’agriculture biologique à grande échelle

Pour une agriculture biologique durable et à fort rendement, le changement ne doit pas se baser sur une augmentation de surface au détriment du sol et au risque de déforestation. Il faut maintenir les surfaces de prairies pour les herbivores (bovin, ovin) et réduire l’élevage monogastrique comme les volailles et les porcs, améliorant ainsi les habitudes alimentaires. Par ailleurs, il faut réduire les pertes des producteurs qui sont souvent causées par les transformations, les écarts de triage, les denrées périmées et les invendus. Ce sont des petits points qu’il faut améliorer afin d’optimiser le rendement tout en respectant le cahier des charges de l’agriculture bio. De nouvelles solutions sont d’ailleurs proposées dans cette optique. Il y a notamment le bio contrôle comme les micro-organismes, les macro-organismes ou les phéromones pour tuer les insectes et les ravageurs. La technologie, avec l’innovation automatique ou robotique accompagnée de leur application bio, se met aussi au bio.

Pour industrialiser l’agriculture bio, il faut tenir compte de 2 facteurs. Le premier est la transformation agroalimentaire des produits dérivés de l’agriculture bio. La deuxième est la conservation du sol en particulier les cycles en azote et phosphore. C’est l’urbanisation et la concentration urbaine qui empêchent le non-bouclage de ce cycle. Mais il y a aussi les transports à longue distance (par exemple le soja) qui induisent des déséquilibres locaux d’azote soit en excès soit en déficit. En bouclant ces cycles, il y a moins d’énergie consommée et ainsi moins d’émission de protoxyde d’azote. La réduction des transports est donc un des leviers pour rétablir cet équilibre.

green-ink This entry was posted in. Bio Les innovations dans l’agriculture bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*